le site informatif de la chirurgie de l'obésité
Header

Bypass hospitalisation et suites

 

L’hospitalisation pour Bypass

Vous rentrez la veille au soir. L’intervention a lieu sous coelioscopie mais est plus longue que pour l’anneau ou la sleeve car plus complexe. Comme pour la sleeve, il existe un risque de fuite digestive (fistule) au niveau des sutures ou des agrafes (se reporter au  chapitre Sleeve). Risque aussi de saignements.
Le protocole post-opératoire est proche de celui de la sleeve: perfusion pendant quelques jours sans manger ni boire, puis contrôle radio avant reprise des boissons, puis sortie.

Après l’hospitalisation pour Bypass

Vous revoyez le chirurgien et la diététicienne dans la 1ere semaine.

La progression dans la reprise de l’alimentation doit être semblable à celle de la Sleeve :liquide la 1ere semaine puis molle et progressivement épaissie les 2 semaines suivantes avant de réintroduire les aliments à mastiquer.

Une ordonnance de supplémentation vitaminique vous est remise.

L’arrêt de travail est de 3 à 4 semaines.

Les consultations auprès du chirurgien et de la diététicienne auront lieu ensuite à 1,3,6 et 12 mois puis 1 fois par an

Quelle évolution après le Bypass ?

C’est l’intervention qui donne en théorie le meilleur amaigrissement.

Le suivi nutritionnel est impératif du fait des risques de carences, à surveiller par des examens biologiques et à prévenir par des substituts vitaminiques à vie.
D’autres complications doivent aussi être signalées après Bypass :

  • Ulcérations  sur l’abouchement de l’estomac dans le grêle traité par médicaments antiacides.
  • Rétrécissement de cet abouchement à traiter par dilatations sous fibroscopie.
  • Ultérieurement, risque aussi, même après des années, d’occlusion intestinale par incarcération d’anse grêle dans le montage, nécessitant une ré intervention en urgence .En cas de douleurs abdominales ,de vomissements, il faut appeler votre chirurgien rapidement ou vous rendre aux urgences pour réaliser un scanner.La prise en charge trop tardive d’une occlusion peut avoir des conséquences dramatiques
  • Enfin, comme pour les autres techniques, il peut y avoir une reprise pondérale partielle au fil des années et même des échecs. Mais, là aussi, l’amélioration des déviances alimentaires avant la chirurgie,durant la préparation, et un suivi diététique rigoureux devraient pouvoir éviter cet écueil.

En cas d’échec, d’autres techniques peuvent être envisagées :

  • Recoupe de la poche d’estomac ou pose d’un anneau à son niveau.
  • Allongement de l’anse intestinale montée ou de l’anse biliaire.
  • Transformation en dérivation bilio-pancréatique (source elle de carences majeures).