le site informatif de la chirurgie de l'obésité
Header

Opération de la sleeve, hospitalisation et suites

 

L’hospitalisation pour Sleeve

Vous rentrez la veille au soir.

L’opération se déroule sous coelioscopie. Elle dure en général un peu moins d’une heure mais la grande obésité ou des antécédents déjà d’opération gastrique,comme la pose d’un anneau, rendent l’opération plus longue et difficile.

Les douleurs ne sont habituellement importantes que le jour de l’intervention et la première nuit. Vous aurez la possibilité de recourir à des injections de morphine mais il faut savoir ne pas en abuser car elles s’accompagnent d’effets indésirables:nausées,paralysie digestive avec distension abdominale douloureuse, retard de la reprise du transit intestinal,mal être,état dépressif.Normalement on doit pouvoir s’en passer dès le lendemain de l’intervention

Par précaution,nous préférons ne rien vous faire avaler ni boire les premiers jours post-opératoires (sauf éventuellement certains médicaments avec un peu d’eau) pour laisser le temps aux adhérences cicatricielles de se former. Vous serez donc maintenu sous perfusion. Puis une radio de contrôle est réalisée avant d’autoriser les boissons  L’hospitalisation est donc d’environ 5 jours.

Ces précautions sont prises car le risque opératoire est supérieur à celui de l’anneau.

Le risque le plus redouté est celui de la fistule (fuite au niveau de l’agrafage de l’estomac), à l’origine d’un abcès profond ou d’ une péritonite qui se traduisent par des douleurs,un pouls trop rapide,de la fièvre.Un scanner en urgence précisera le diagnostic.Une réintervention en urgence peut s’imposer,parfois à  ventre ouvert, avec nettoyage, drainage .Un séjour en réanimation peut être nécessaire
Cette complication, bien qu’ assez rare, peut  être néanmoins dramatique et engager le pronostic vital.Une fistule peut aussi demander plusieurs hospitalisations et de nombreuses semaines avant guérison .

Certaines fistules peuvent plus rarement ne se manifester que plusieurs jours après le retour à domicile (réapparition de douleurs permanentes,fièvre).Il faut recontacter le chirurgien qui décidera la marche à suivre.

Il faut rappeler l’importance d’ une période préparatoire suffisante pour acquérir le comportement alimentaire souhaitable, et en particulier  l’habitude de boire et manger très doucement et de fractionner les repas.

Le saignement postopératoire au niveau de la rangée d’agrafes est une autre complication possible qui peut dans certains cas nécessiter une transfusion,voire obliger à réintervenir s’il persiste, pour évacuer les caillots et faire un complément d’hémostase.

D’autres complications potentielles sont plus rares,comme un rétrécissement (sténose) sur un segment du tube gastrique.Du à un agrafage trop serré en un point,il peut favoriser une fistule ou ,plus tard, une dilatation d’amont ou un reflux. Il peut nécessiter une dilatation par ballonnet au cours d’une fibroscopie gastrique,voire une réintervention .

Après l’hospitalisation pour Sleeve

Le chirurgien et la diététicienne seront revus dans la semaine qui suit la sortie.

Il faudra suivre la « feuille de route » postopératoire de la diététicienne que vous vous serez procuré avant l’hospitalisation.

L’alimentation est essentiellement liquide et semi liquide la première semaine (soupes,laitages,jus de fruits ).Puis progressivement molle, pâteuse ou mixée encore environ deux semaines .Puis les aliments à mastiquer sont progressivement réintroduits.Des conseils téléphoniques peuvent vous être donnés par les diététiciennes

Au début il n’est guère possible d’avaler que quelques cuillères à soupe car l’œdème postopératoire réduit encore plus le calibre du tube gastrique . Un arrêt de travail de 3 à 4 semaines est donc préférable car on est contraint de s’alimenter de nombreuses fois par jour pendant cette période .Des suppléments diététiques enrichis en vitamines et protéines peuvent être pris tant que l’alimentation est encore difficile.

Pendant cette convalescence, il faut recontacter le chirurgien si apparaissent des douleurs abdominales ou thoraciques, ou de la fièvre,des vomissements,des diarrhées,du hoquet ou de la toux qui pourraient être en relation avec une fuite minime postopératoire passée inaperçue les premiers jours et source d’une infection secondaire.

Un traitement antiacide est systématique le premier mois

Les consultations auprès du chirurgien et de la diététicienne auront lieu ensuite à 1, 3, 6 et 12 mois puis 1 fois par an et il faut garder à l’esprit que ce suivi à long terme est indispensable,même si tout vous parait aller pour le mieux, car on a vite fait de reprendre du poids en cas d’entorses progressives aux bonnes consignes et une piqure de rappel annuelle est souhaitable auprès de la diététicienne.

Le contrôle radiologique périodique en présence du chirurgien est sans doute préférable pour dépister un début de dilatation gastrique ( à craindre notamment si on abandonne la fragmentation des repas)

Les supplémentations vitaminiques sont inutiles après la période initiale car il n’y a habituellement pas de carence avec la Sleeve.

Il faudra toujours garder l’habitude du fractionnement des repas

Quelle évolution avec une Sleeve ?

La Sleeve induira une perte de poids rapide au début,source parfois d’une fatigue importante.

Elle s’infléchira plus tard en plateau et s’étalera sur près d’un an.

Elle est proche de celle obtenue avec un Bypass et supérieure à celle procurée par l’anneau.

Elle permet habituellement une très nette amélioration du diabète et des autres comorbidités.

Le confort de vie est bien supérieur à celui de l’anneau.

Comme toutes les opérations pour obésité,une reprise pondérale peut survenir au fil des années mais, là aussi, dépendra de la qualité de la rééducation du comportement alimentaire qu’on aura faite  dans la période préparatoire , du suivi diététique ultérieur et des changements que vous aurez apportés dans votre vie, aidé en cela par votre préparation auprès de la psychologue.

En cas de récidive d’un comportement alimentaire excessif en réaction à une situation déstabilisante, il faudra aussi savoir revenir vers l’ancrage de la psychologue proposé en préopératoire.

En cas de reflux acide persistant malgré l’amaigrissement ,un contrôle endoscopique à distance est souhaitable pour vérifier l’état de la muqueuse œsophagienne