le site informatif de la chirurgie de l'obésité
Header

Suivi d’un anneau

Les serrages se feront en plusieurs fois en fonction de votre perte de poids et de la satiété ressentie.

Il ne faut pas qu’ils soient source de gêne trop importante dans la vie quotidienne.

En particulier, lors des moments de tension, un anneau qui d’ordinaire est bien supporté peut occasionner blocages voire vomissements.Il est essentiel alors d’appeler le chirurgien (06 07 17 41 85) pour envisager un desserrage.
Car si on reste dans la même situation sans rien faire, le risque est de voir la sensibilité du tube digestif s’émousser, le rappel à l’ordre disparaitre et la motricité s’altérer aussi, avec une moins bonne propulsion des aliments à travers l’anneau, donc une aggravation de la distension des fibres musculaires, qui vont se fatiguer encore plus. C’est un cercle vicieux qui risque plus tard d’obliger à retirer l’anneau, quand la dilatation sera trop ancienne et le tube digestif définitivement altéré.
Or l’ablation de l’anneau a pour conséquence habituelle la reprise de tous les kilos perdus.
Le degré de serrage est très variable d’une personne à l’autre et chez la même personne, suivant les circonstances. Une pression importante au travail, notamment, des journées bien remplies, tout facteur de stress en fait sont source de difficultés. Il est impossible de manger avec à la fois un anneau serre et une « boule d’angoisse dans la gorge ».

En fait l’anneau est la technique la plus difficile à supporter et,sauf chez les personnes capables d’une grande discipline,le confort de vie est médiocre et va s’altérer avec la survenue de problèmes mécaniques

Ceux ci,malheureusement,ont d’autant plus de chance de s’installer que l’anneau est en place depuis longtemps.

On a posé énormément d’anneaux aux débuts de la chirurgie bariatrique car c’est une intervention qui présente peu de risques opératoires mais,avec le recul,on constate que beaucoup doivent être enlevés par la suite,avec reprise pondérale

Pour ceux qui parviennent à bien s’accommoder de leur anneau, un contrôle radiographique au moins une fois par an est impératif afin de dépister une dilatation passée inaperçue .